Je saute rapidement de mon enfance, heureuse, à mes débuts dans les études supérieures. Forte de mon envie d’être puéricultrice depuis la quatrième, c’est sans l’ombre d’un doute que j’intègre une école de préparation au concours infirmier à Lyon. Après deux mois de formation, des questions commencent à poindre : l’humain ne serait-il pas en passe d’être mis de côté par l’attrait du profit dans ce secteur hospitalier qui m’attirait tant ? Les hasards n’existant pas, c’est à cette même période que je me retrouve dans un ascenseur en compagnie des décorateurs du film Les Adoptés, de Mélanie Laurent. Au fil de la discussion, leur curiosité et leur ouverture d’esprit me donnent envie de découvrir ce monde. Nous sommes Vendredi 28 Octobre 2011 . Deux jours plus tard, je me lance dans le cinéma.

En Janvier 2012, j’intègre une association audiovisuelle, Imagination Studio, qui me donne l’opportunité de tester plusieurs postes sur des plateaux de tournage. Je travaille à côté, ce qui me permets de commencer à investir dans du matériel personnel. Dès Septembre, je rentre à la Faculté Lyon 2, en Licence Arts du Spectacle de l’Image et de l'Écran, une formation qui me donnera des bases en image, en son et en post-production (montage, mixage). Au cours de ces trois années d’études, je rencontre Gabrielle, avec qui nous menons deux projets : A Venir, recueil de témoignages sur la vision de l’avenir et Louise, une histoire ancrée sur la transmission.

Ecouter. Faire mémoire. Transmettre.
Des intérêts qui n’ont fait que se renforcer durant les trois années de formation que j’ai suivi ensuite au Centre Factory, école plus technique que la faculté. J’ai pu y découvrir un véritable amour pour le documentaire, le cadre, et le travail en équipe réduite. Là encore, j’ai eu la chance de mener à bien plusieurs films comme Projet Alzheimer, sur le délitement de la mémoire, Mr Simon, sur le portrait d’un homme solitaire, reconstitué par le récit de personnes qui le côtoyaient, ou Chelsea, sur l’écho des valeurs des années 70. Avec le magazine lyonnais Cacti, j’ai également eu la chance de co-réaliser “Le Kaléidoscope”, de petits documentaires qui dressaient des portraits de personnes dans le cadre du mois des Fiertés.

Des films réalisés au cours de ma formation à mon mémoire de fin d’études - sur la transmission des oeuvres immatérielles - les thèmes de la mémoire, de la transmission et des récits ne m’ont jamais quitté.
A la fin de nos études, nous décidons avec Gabrielle de monter un projet audiovisuel accessible, libéré des contraintes de production. Un projet que nous pourrions faire en collaboration avec des personnes, riches d’histoires à partager. Et me voilà, ici et maintenant, en train de me présenter virtuellement à vous ; espérant pouvoir un jour le faire réellement, avant de mettre votre histoire en images.


Attirée depuis longtemps par le milieu artistique, je fais mes études à l'université Lyon 2 en Arts du spectacle où j'ai la chance de rencontrer Manon. Nous collaborerons ensuite sur de nombreux projets jusqu'à celui-ci.
Ces 3 ans m'ont permis de développer plusieurs projets en lien avec la photographie et le cinéma et notamment, A venir. Ce court métrage documentaire nous a permis d'être au contact de personnes de tous horizons pour recueillir à la manière de Jean Rouch dans Chroniques d'un été, leur opinion sur un même sujet : leur opinion de l'avenir. Au cours de ce projet j'ai beaucoup apprécié le fait de pouvoir recueillir les visions de chacun.

Après ma licence, je suis partie un an en tant que jeune fille au pair en Irlande. J'avais alors envie de découvrir de nouvelles personnes, une autre langue et une culture différente. Ayant tissé des liens forts avec ma famille d'accueil Irlandaise, j'ai eu la chance de découvrir pleinement le pays. L'aventure m'ayant conquise j'ai renouvelé l’expérience en partant 6 mois à Londres afin d'explorer la ville et de profiter de ses nombreux musées.

A mon retour en France j'ai travaillé huit mois dans une association d'aide à la personne. Grâce à elle j'ai pu me mettre quotidiennement au service des personnes âgées afin d'assurer leur bien-être. J'ai eu la chance de pouvoir rencontrer de nombreuses personnes et d'échanger avec elles.

A la recherche de nouveaux horizons, nous imaginons le projet de collecter les mémoires de nos grands-parents et de nos proches pour ne jamais les oublier. Et si nous voulions capturer la voix de ceux que nous aimons, pourquoi serions nous les seules ?
J'espère pouvoir bientôt écouter votre voix pour transmettre vos souvenirs à votre famille.